Obtenez le modèle rédactionnel pour la création de contenu SEO performant Téléchargez le PDF

Comment optimiser ses contenus SEO sur WordPress ?

Au sommaire
Par , le Mercredi 26 juin 2019
Temps de lecture : 17 minutes

WordPress, CMS (Content Management System) préféré des rédacteurs web SEO ? Intuitif, fort de nombreuses optimisations possibles grâce à pléthore de widgets, c’est peu dire que WordPress est une star de l’éditorial web.

Mais alors comment optimiser ses articles WordPress pour le SEO ? Etude sémantique, rédaction, structuration de l’information et conversions : devenez un spécialiste de l’optimisation SEO d’articles WordPress !

Choix des mots-clés : pas d’optimisation de contenu sans étude sémantique

Tout expert SEO a déjà entendu au moins une fois cette phrase : « j’ai optimisé pour le SEO les articles de mon site WordPress ». Ce à quoi tout spécialiste SEO aura (en théorie) répondu : « d’accord, mais sur quels mots-clés ? ».

Car oui : avant de parler de toute optimisation SEO pour WordPress, qu’elle soit technique ou éditoriale, il convient d’identifier les bons mots-clés sur lesquels vous souhaiter voir Google pousser votre contenu. Or décider quel mot-clé vous allez travailler via votre article est loin d’être un travail aisé.

  • Volume de recherche
  • Présence et force des concurrents
  • Présence SEA
  • Featured snippets

Beaucoup de paramètres rentrent en compte au moment de privilégier un mot-clé à un autre.

Grâce à l’outil SEOQuantum, vous réalisez facilement votre stratégie éditoriale et pouvez ainsi optimiser le SEO de vos articles WordPress grâce à l'intelligence artificielle.

Bon à savoir : 1 page = 1 mot-clé et ses dérivés. Mesurez votre ROI en identifiant un mot-clé cible, en écrivant un article optimisé SEO, puis en suivant chaque semaine l’évolution des positions de votre site WordPress.

Une optimisation SEO structurelle grâce aux bons plugins Wordpress !

Une idée très rependue parmi les utilisateurs de WordPress ? Le célèbre plugin Yoast permettrait d’améliorer à lui seul la performance SEO des contenus publiés sur WordPress. Dans l’absolu :

  • que ce soit en version gratuite ou payante, Yoast ne vous assurera en rien d’une meilleure présence dans les résultats de Google ;
  • mais c’est un outil (très pratique) pour vous aider à optimiser rapidement de nombreux prérequis SEO (balises Meta Title et Description, fil d’Arianne…).

Là où ce type de plugin est particulièrement intéressant, c’est en fait dans sa gestion des balises meta et des nombreux éléments structurants.

Optimiser ses Meta Title et Descriptions

Situés dans l’en-tête HTML de la page (entre <head> et </head>) les balises Meta Title et Descriptions sont des éléments phares de l’optimisation éditoriale SEO sur WordPress et plus globalement de n’importe quel site Internet.

Le title a un impact SEO très fort car :

  • Les mots présents dans cette balise vont spécifier à Google le sujet principalement traité.
  • C’est lui qui va renseigner l’internaute sur le contenu de la page et lui donner envie de cliquer.
  • Vous disposez d’environ 70 signes (caractères et espaces compris) pour placer votre mot-clé et donner envie à l’internaute de visiter votre site.

Même si elle n’a pas un impact direct sur le référencement, la description n’est pas non plus à négliger car :

  • C’est un réel appel au clic : vous avez environ 200 signes pour décrire plus en détail le contenu de votre page.
  • C’est un élément de réassurance pour confirmer à l’internaute que votre site va lui apporter une meilleure réponse que la concurrence.

Là encore, un plugin dans la veine de Yoast se révèle une aide précieuse pour l’optimisation de ces éléments SEO sur WordPress.

Ce type de plugin va vous permettre de paramétrer l’écriture de votre balise Title ou au contraire de la personnaliser à la main. Nous ne saurions que trop vous conseiller de procéder à un mix des deux possibilités !

Vous pouvez très bien choisir de paramétrer automatiquement vos balises Title selon les insert snippets variables disponibles tels que :

  • Le titre de l’article (votre titre <H1>)
  • La catégorie de l’article
  • Le titre du site
  • Les séparateurs d’éléments (tiret, pipe…)

Un bon conseil serait de paramétrer par défaut votre balise Title de la manière suivante :

 Titre    Séparateur    Titre du site    

Il est toutefois conseillé de personnaliser le titre pour économiser un maximum de caractères dans les SERPs et mieux adresser votre cible.

[Titre personnalisé]   Séparateur    Titre du site    

Pour la Meta Description en revanche, il est très compliqué d’imaginer une quelconque optimisation SEO automatique sur WordPress.

Si une industrialisation est éventuellement envisageable sur une boutique en ligne avec énormément d’articles, on ne recommandera jamais d’automatiser de la sorte les Meta Descriptions d’un site e-commerce et encore moins d’un article de blog.

Encore une fois, vous disposez d’environ 200 signes pour convaincre l’internaute de venir visiter votre site optimisé sous WordPress. Appliquez-vous donc à écrire la meilleure accroche possible. Une bonne astuce pour une description efficace est de la scinder en deux :

  • Une première phrase qui reformule la requête de l’internaute sous forme interrogative
  • Une deuxième phrase qui convainc l’internaute de la pertinence de votre site à répondre à sa requête.

Optimiser vos URL et permaliens

Aussi communément appelée « adresse », l’URL est l’identifiant de votre page. Elle doit traduire l’arborescence du contenu et intégrer les termes qui identifient la thématique de chaque page.

Le mot permalien vient de la contraction linguistique des mots permanent et lien. Un permalien est l’URL initiale d’un article ou d’une page. Il a vocation à ne pas bouger dans le temps. En SEO, on recommande des permaliens :

  • Rédigés uniquement avec des minuscules
  • Sans caractères spéciaux
  • Aux mots séparés par des tirets
  • Qui proscrivent des termes non signifiants (par exemple des articles)
  • Sans aucune extension (.html, .php et autres)

Sur votre article WordPress, vous pouvez considérer cet élément hautement stratégique comme ce qui suit votre nom de domaine, à savoir pour un blog bien optimisé SEO :

  • Le nom de votre espace blog
  • La catégorie de l’article
  • Eventuellement une sous-catégorie
  • L’URL du contenu

Par défaut, les formats de permaliens proposés par WordPress pour les articles ne sont pas SEO friendly. Il n’est en effet pas rare de trouver sur des sites WordPress des URL de ce type :

https://www.nomdusite.com/blog/2008/09/16/article-WordPress-mal-optimise...

Pour l’optimisation éditoriale de votre site WordPress, on ne peut donc que trop vous conseiller d’adopter une structure personnalisée en utilisant les bonnes étiquettes comme dans l’exemple ci-dessous :

Taxonomie : le piège des étiquettes pour vos articles

Au-delà de vos thématiques, vous pourriez être tenté par l’utilisation de tags, appelés Etiquettes sur WordPress.

La création des catégories comme des tags doit impérativement reposer sur votre étude sémantique SEO. Regrouper les mots-clés de cette étude en thématique vous aidera à définir ces catégories et ces tags tout en gardant en tête :

  • Qu’un article restera directement attaché à la catégorie par son permalien, ce afin d’éviter toute duplication de contenu.
  • Qu’un article peut être accessible depuis toutes les étiquettes qui lui auront été attribuées.

Depuis un article WordPress, on choisit la catégorie de l’article puis son ou ses tags associés préenregistrés

Il n’est pas rare de trouver une multitude d’étiquettes inutiles sur des sites WordPress. Elles viennent parasiter la navigation de l’internaute et le budget crawl, c’est à dire le temps que Google va vous allouer pour explorer votre site.

Chaque étiquette créée doit l’être en fonction d’opportunités sémantiques identifiée dans votre étude de mots-clés. Il convient donc d’interdire la création d’étiquettes depuis l’article Wordpress en lui-même, sous peine de voir vos contributeurs vous abreuver de tags poubelle.

Exemple de tags poubelle : cheveux, cheveu, Cheveux

Pré-listez et optimisez vos pages tags (étiquettes). Ne laissez pas un contributeur définir ses propres étiquettes.

Ecrire sur WordPress de manière SEO friendly

L’optimisation SEO sur WordPress et sur le web repose sur trois piliers fondamentaux que sont :

  • Un socle technique fiable (site mobile first, un code propre, un faible temps de chargement…)
  • Un contenu éditorial dense, unique, aussi qualitatif sur la forme que sur le fond (visez 2000 mots minimum)
  • Une popularité qui en fait un contenu de référence (le nombre et la qualité des liens internes comme externes au site).

Parmi ces 3 piliers, WordPress est plutôt l’ami du contenu que de la technique ou de la popularité. En effet, l’éditeur de texte de WordPress – très proche d’un Microsoft Word – en fait l’ami des bloggeurs, éditorialistes et rédacteurs web SEO. C’est donc un outil pratique pour s’adapter aux contraintes de l’algorithme de Google.

Il ne s’agit pas de revenir sur les tips d’une rédaction web de qualité, mais une fois tous ces aspects structurels de WordPress maitrisés, c’est bien le contenu qui sera votre premier passeport vers un début de présence organique.

Bon à savoir : Une étude du site Backlinkeo a identifié que les premiers résultats de Google d’un échantillon de requêtes contenaient en moyenne 1890 mots. Pas besoin de 2000 mots sur tous vos articles ! Allez-y pas à pas, mesurez votre ROI et adaptez-vous à la concurrence.

Soignez le haut de votre page

L’un des prérequis les plus importants lors d’une optimisation SEO sur WordPress ou tout autre CMS, est de soigner le début de son contenu.

  • Partie du contenu la plus importante pour l’internaute, elle lui donnera ou non envie de consommer le reste de la page.
  • Partie du contenu la plus importante pour Google, il en analysera la densité de mots-clés et le maillage.

On recommande en effet d’insérer 1 à 2 liens vers des pages connexes dans les 150 à 300 premiers mots, en prenant soin d’optimiser les ancres.

Pensez « Mobile First »

Optimiser particulièrement le haut de son contenu s’inscrit complètement dans une stratégie mobile first. Toute la complexité du SEO actuel réside dans la conjugaison d’un contenu très dense avec les usages liés à votre smartphone.

Que ce soit en version mobile ou desktop, les internautes ne consomment pas les contenus web dans leur intégralité. On parle de seulement 20% des contenus web qui seraient lus en intégralité sur mobile. Et pour cause, c’est bien la vidéo qui est le premier contenu consommé sur ce device ; logique tant le scroll et le format d’écran rendent la lecture complexe.

© Zones de chaleur définit par Jakob Nielsen

Le constat le plus flagrant est que les internautes ne lisent pas mot à mot sur le web : ils parcourent les pages à la recherche de termes et de phrases qui leur paraissent particulièrement importants.

C’est ce qu’on appelle plus communément la lecture repérage : sur WordPress comme ailleurs, l’internaute va se focaliser sur les titres, les mots en gras, les images et tout autre élément signifiant susceptible de capter son intérêt.

Une bonne optimisation d’un article Wordpress va donc consister à prendre en compte ces usages et à adapter votre style de rédaction en conséquence. Et notamment à utiliser les micro-contenus.

 

L’importance des micro-contenus

C’est parce que la hiérarchisation et la valorisation des informations sont essentielles, qu’il faut porter une attention toute particulière aux micros-contenus : titres, liens, intitulés de rubriques…

  • Sauf cas particulier, votre thème WordPress affichera votre titre d’article entre balises <H1>.
  • A vous de baliser <H2> chacun des titres de paragraphes.
  • Chaque intertitre devra quant à lui être balisé <H3>.

L’optimisation SEO de vos titres sur WordPress passera par cette structuration et l’ajout du mot-clé ou d’expressions tirées de son champs sémantique. Evitez toute suroptimisation, pensez à l’internaute qui lira ces titres pour se repérer.

Ajout d’un titre <H2> sur un paragraphe d’article

 

Les contenus faisant l’objet d’une mise en forme spécifique (encadré, listes à puces) retiennent plus l’attention de l’utilisateur. Ce sont par ailleurs des éléments très conseillés pour viser une position zéro.

Position zéro sur la requête « recette crêpe », avec des puces numérotées

Les listes à puces s’ajoutent sur WordPress via le fameux bouton déjà connu des utilisateurs de la suite office. Les plus aguerris pourront ajouter à la main les balises <ul><li>.

Ajout d’une liste à puces sur un article

 

Optimisez vos contenus WordPress grâce à la vidéo

Alors comment conjuguer au mieux ces problématiques UX et SEO ? Comment optimiser son contenu WordPress pour le SEO tout en faisant rapidement passer l’information à l’internaute ? La vidéo est certainement l’une des meilleures réponses.

Vidéo Youtube ajoutée sur WordPress

 

WordPress permet aux rédacteurs web les moins aguerris de facilement poster un média vidéo, que ce soit via l’upload de vidéos sur votre bibliothèque de médias ou l’utilisation de shortcodes dédiés.

Un « shortcode » WordPress, est un petit bout de code entre crochets qui permet à n’importe quel internaute d’afficher dans un article des produits, des vidéos et bien d’autres éléments.

Exemple : [youtube https://www.youtube.com/watch?v=qA2nalkBSVE]

Shortcode vidéo Youtube ajoutée sur le site WordPress

L’ajout d’une vidéo en haut de page de votre contenu optimisé SEO WordPress a plusieurs avantages :

  • Vous résumez votre contenu textuel et faites passer l’information principale en mettant de côté les contraintes liées au référencement naturel
  • Vous poussez bien plus haut dans votre page vos CTA et divers éléments de conversion
  • Vous participez éventuellement à une stratégie SEO 360° en imbriquant vos vidéos Youtube sur votre site WordPress. C’est une stratégie win-win.

 

Travailler le SEO de ses articles WordPress pour générer des conversions

Toutes ces optimisations éditoriales SEO et UX de vos pages n’ont finalement qu’un seul but : la conversion.

Se focaliser sur les opportunités de mots-clés à travailler ne peut pas uniquement reposer sur des données statistiques. Il ne faut jamais perdre de vue les conversions, c’est-à-dire le résultat des actions que vous aurez mené auprès de votre cible. En d’autres termes, ne perdez jamais de vue la rentabilité des actions marketing SEO.

Une bonne optimisation SEO d’un article sur WordPress doit se terminer par une conversion. Selon votre typologie de site, cette conversion sera par exemple :

  • La lecture d’un autre contenu
  • L’inscription à une newsletter
  • La souscription à une offre
  • Une prise de rendez-vous
  • L’achat d’un produit sur votre boutique en ligne

L’ajout de shortcodes produits sur WooCommerce permet par exemple de promouvoir les produits de sa boutique depuis un article de blog. Placés en haut du contenu, ils permettent à la performance SEO de prendre tout son sens :

  • L’internaute tape une requête sur Google
  • Il clique sur le contenu de votre site WordPress optimisé pour le SEO
  • Il lit le début de ce contenu, en prend l’information principale
  • Il clique sur un produit connexe à sa requête

© Exemple d’un ajout de shortcode produit sur un article

 

En conclusion : que retenir avant d’optimiser ses articles WordPress pour le SEO ?

ROI, UX et Mobile First sont les 3 clés de l’optimisation SEO de vos contenus sur WordPress. Avant tout ajout de plugin et tout début de rédaction, il est nécessaire d’identifier les mots-clés qui vous généreront du trafic et des conversions.

C’est la combinaison de ces deux kpi, jumelés à une rédaction SEO experte (1500 mots minimum recommandés !) et une structuration futée de votre page qui vous garantiront un bon retour sur investissement.

Et si vous avez lu tout cet article dédié au SEO et à WordPress, c’est que vous faites mentir les statistiques sur la lecture des contenus web. Il convient de vous en féliciter !

Votez pour cet article
Moyenne des notes : 5 (8 votes)